Nombre total de visiteurs : 93074
Aujourd'hui : 39
En ligne actuellement : 1


Le discours de Monsieur Le Président de CDFM Médard Ntep

Monsieur le Président du Sénat

Messieurs les Sénateurs

Mesdames, Messieurs les Députés

Monsieur le Maire de la commune d'Andranonahoatra

Les Membres du Conseil Municipal

Mesdames, Messieurs

Permettez-moi au nom de l'Association Cœur de France Monde et à mon nom personnel, de vous remercier chaleureusement d'avoir répondu présents à l'invitation qui vous a été adressée pour cette cérémonie

C'est avec beaucoup d'émotion que je m'adresse à vous ici devant une foule aussi nombreuse. Quel est le chemin qui m'a conduit jusqu'à ce jour ici ? Sans être long, permettez-moi de vous dire en quelques phrases la naissance de l'Association CFDM, son développement et ses actions qui nous permettent (l'association et moi-même) d'être honorés aujourd'hui.

L'aventure de Coeur De France Monde commence le 03 janvier 2003, dans une petite ville balnéaire du sud du Cameroun du nom de Kribi. Ce jour là, j'ai fait la connaissance d'un habitant de Kribi, pêcheur de son état avec qui j'ai noué des relations amicales pendant le reste de mon séjour.

Ce jeune pêcheur était père de trois jeunes enfants scolarisés en primaire. Quelque temps après mon retour en Europe, je l'ai appelé pour prendre de ses nouvelles et de celles de sa famille. Hélas, les nouvelles étaient tristes et il était démoralisé : en fait, ses enfants avaient été étaient renvoyés de l'école pour non-paiement des frais de scolarité d'un montant de 34.500 Ariary pour les trois, soit l'équivalent de 13 euros. La tristesse de mon jeune ami me décida sur-le-champ d'envoyer un mandat au nom d'une des institutrices de l'école et dès réception du mandat, les enfants reprirent le chemin de l'école.

J'avais trouvé inadmissible que de si jeunes enfants (5 à 7 ans) soient exclus de l'école du savoir à cause des difficultés financières de leurs parents. C'est à partir de cette expérience bouleversante que je me suis décidé à créer une Association Humanitaire, ayant pour but d'éviter, par tous les moyens, ce genre de dérives. C'est ainsi que CFDM est né.

Et comme dans mon esprit, la misère ne se trouve pas seulement au Cameroun, mon pays d'origine, mais un peu partout dans le monde, j'ai décidé que l'action de CDFM ne se cantonnera pas uniquement au Cameroun ; elle s'exercera partout où cela sera possible. C'est ainsi que fort de ce principe, tout de suite après, CDFM a entrepris une série d'actions en Inde : Aide aux orphelinats et aux écoles dans la province de Pondichery.

Le premier contact de CDFM en terre malgache a eu lieu le 05 juillet 2004 à l'invitation du regretté Maire de la commune d'Ambavahaditokana, Monsieur RABENJANAHARY que je tiens à rendre un vibrant hommage ici devant vous tous, car sans lui, CDFM et moi-même, ne serions peut-être pas là aujourd'hui. Avec la commune d'Ambavahaditokana, il y a eu un jumelage entre l’école primaire de Lorahanombato et le collège Sonia Delaunay à Grigny en France, un partenariat avec la même commune et celle de Chevilly-Larue en France, partenariat que j'ai remis lors d'une cérémonie à l'école de Lorahanombato en présence de quelques personnalités qui nous font l'honneur d'être à nouveau présents parmi nous aujourd'hui. Je les en remercie. Je précise en passant que Chevilly-Larue est la commune dans laquelle se trouve le siège de l'association CDFM. Nous avons également procédé à des remises de dons et des effets scolaires.

Comme je l'ai dit plus haut, l'objectif de CDFM n'est pas d'avoir une relation exclusive avec une seule région ou une seule commune, car nous entendons multiplier nos activités, autant pour essayer d'apporter un peu d'aide à plus de personnes par la diversité de nos partenaires, mais autant pourquoi pas non plus, de faire œuvre pionnière, c'est-à-dire que d'autres à travers notre action, soit se joignent à nous, soit s'organisent également de leur côté pour faire de telles actions.

Au cours de nos différents séjours à Madagascar, nous avons toujours eu des contacts avec Monsieur Elie RASOLONIAINA, maire de la commune rurale d'Andranonahoatra. Fidèle à notre principe que je viens de rappeler, c'est donc tout naturellement que nous avons élargi notre action à Madagascar à votre commune. Ceci s'est traduit par l'informatisation de la commune par un apport de dons en matériel informatique, de l'équipement vestimentaire du service de la voirie de la commune. CDFM, a servi d'entregent dans des contacts entre la commune et des personnalités en France et a apporté son concours matériel afin que ceux-ci puissent avoir lieu.

Monsieur le Président du Sénat

Messieurs les Sénateurs

Mesdames, Messieurs les Députés

Monsieur le Maire de la commune d'Andranonahoatra

Les Membres du Conseil Municipal

Mesdames, Messieurs

 

 Voilà résumé assez brièvement l'action de CDFM. Il n'est pas nécessaire de m'étendre plus.

Nous sommes réunis ici ce jour pour l’inauguration d’une avenue et d’une place qui portent mon nom. Je voudrais tout simplement vous dire l'émotion qui est la mienne et celle de ma famille et amis qui m'accompagnent. L'honneur qui m'est rendu, je souhaite le partager avec l'association CDFM, car même si j'en suis le Président Fondateur, c'est grâce à la collaboration de ses adhérents bénévoles (et j'insiste sur le mot bénévoles) que ce qui a été fait, a pu l’être. C’est un hommage à l’action de l’Association Cœur de France Monde ; et cet hommage signifie que CDFM est dans la voie des objectifs qu’elle s’est assignés volontairement, à savoir apporter un peu d’aide chaque fois que c’est possible et là où c’est plus utile. CFDM ne déviera pas de ce chemin et continuera à agir dans ce sens. Rendre service ou plus exactement donner espoir aux plus nécessiteux ; c’est la seule ambition de notre association.

Je remercie profondément Monsieur le Maire et l'ensemble du conseil municipal pour cette décision qui m'honorent et honore CDFM, mes parents - dont ma maman ici présente, mon père au Cameroun qui n'a pu venir -, mes frères et sœurs,en particulier mon frère Luc NTEP ici présent, l'ensemble de ma famille et tous mes amis. Je remercie le peuple malgache et plus particulièrement vous, les habitants de la commune rurale d'Andranonahoatra pour votre accueil et je dis Merci à tous les invités ici présents d’être venus.

Merci du fond du cœur.

Vive Cœur de France Monde,

Vive l'amitié et la solidarité entre les peuples,

Vive la commune d'Andranonahoatra.

                                                                                    Andranonahoatra 06 octobre 2007.

source : cdfm